vite une expo !

Publié le par victoria-en-liberte

220px-Cima_da_Conegliano_001.jpg*

 

 

 220px-Giambattista_Cima_da_Conegliano_-_Sacra_Conversazione.jpg

 

 

 300px-Cima_da_Conegliano-_Cristo_tra_i_dottori-_1504-_Muzeu.jpg

 

 

 

300px-Cima_da_Conegliano_003.jpg

 

 

 

 

Seuls de rares documents permettent de reconstituer la vie du peintre. La date de naissance de l'artiste (1459 ou 1460) n'est pas établie, mais déduite des registres de Conegliano de 1473, qui mentionne un cimator (ouvrier drapier) nommé Joannes, mais est-ce lui, ou bien un ouvrier de son frère Antonio ? Joannes est un prénom courant. Si c'est bien le peintre, il devait avoir à ce moment quatorze ans, puisque c'est l'âge où il a commencé à payer des impôts, selon les lois de la ville.

On ne sait rien sur sa formation en peinture avant 1489, date de sa première œuvre qu'il signe et date (vierge à l'enfant entre saint Jérôme et saint Jacques). À ce moment-là, il vit à Venise où il est « maître », ce qui sous entend qu'il a son propre atelier avec au moins un apprenti.

Vasari dit de lui qu'il fut l'élève de Giovanni Bellini, qu'il est mort jeune et que sans cela il aurait probablement égalé son maître.

L'année 1494 voit quelques paiements effectués à l'artiste. Les autres paiements remontent à 1499, 1504 et 1510.

Entre 1500 et 1515, il a probablement vécu entre Venise et la région de l'Émilie. À Parme, Bologne, des œuvres lui ont été commandées pour les églises, comme la Vierge et l'Enfant, des saints Michel et André en 1505 et la Conversation sacrée en 1513.

Sa présence à Conegliano, où il a passé les étés, est documentée pour la dernière fois en 1516. Il meurt entre 1517-1518, probablement à Conegliano, où il existe aujourd'hui un musée Giovanni Battista Cima.

 

  CIMA DA CONEGLIANO
Maître de la Renaissance vénitienne
Du 5 avril au 15 juillet 2012.

L’exposition retrace le destin hors du commun de Giovanni Battista Cima da Conegliano (1459-1517), porté par son talent à faire une carrière remarquée à Venise aux côtés de Giovanni Bellini et de Vittore Carpaccio. Cette ascension sociale, Cima la doit à une forme de
perfection, fondée sur la minutie de son dessin, sa maîtrise de la peinture à l’huile, l’étendue de sa palette aux couleurs lumineuses. L’exposition réunit des oeuvres exceptionnelles, dont de grands tableaux d’autel, qui pour la première fois sont présentés hors d’Italie.
Elle dévoile ainsi le rôle fondamental du maître dans la peinture vénitienne et européenne de la fin du XVe siècle.
L’exposition est organisée par la Rmn-Grand Palais en collaboration avec Artematica.

 

 

 

  Infos prises sur le net

Bon samedi

 

 

Publié dans Paris

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
I
Merci Victori@ pour ce bel article dans ma communauté<br /> Je suis allée à Venise et j'avais aimé ce peintre<br /> Bonne fin de journée à Paris<br /> Je vais bientôt m'y rendre qui sait ? on pourais se rencontrer !
Répondre